La lutte contre la loi Taubira est notre combat primordial…

…qui aujourd’hui n’a d’autre issue que l’union civile, conséquence juridique et politique de la constitutionnalisation du mariage homme/femme

Frigide Barjot et Xavier Bongibault

Depuis le 23 avril, pour beaucoup des dirigeants de La Manif pour Tous nous aurions abandonné le combat, nous aurions déserté, quand pour d’autres des cadres LMPT nous aurions carrément retourné notre veste, changé de camp, pour rejoindre les pro-mariage gay. L’AVenir pour Tous serait un ramassis de traîtres.

Rassurez-vous, nulle trace de Béatrice Bourges ou autre Anne Lorne chez nous. En effet, c’est d’elles en partie que vient la trahison. La trahison de la ligne historique : celle du pacifisme, de l’aspect familial et heureux,  du respect inconditionnel des personnes. Dans ce changement d’attitude est la traîtrise…

Moi je suis resté fidèle, comme toujours, à mes convictions. Dès ma première intervention médiatique mais également lors de la grande majorité de mes interventions dans le cadre des évènements de La Manif Pour Tous, j’ai évoqué l’Union Civile.

Soyons clairs : pour autant l’union civile n’est pas mon combat. La préservation de l’humain, de sa conception à sa mort, est mon unique objectif. Quel rapport avec l’Union civile, me direz-vous ? Eh bien je vais vous l’expliquer.

La protection du plus faible doit être la norme supérieure, or le plus faible est l’enfant, dont il faut préserver la filiation et la généalogie. Jusqu’à cette volonté gouvernementale de découdre les repères familiaux – la loi Taubira –, le mariage en était le garant. Aujourd’hui que la filiation a été changée et qu’un enfant peut naître de deux hommes ou de deux femmes sans jamais connaître sa mère ou son père, c’est ce qu’il s’agit de restaurer,  et même plus, d’inscrire dans le marbre. Comment faire ?

La norme supérieure de la filiation biologique doit être inscrite dans la constitution par voie référendaire – ce que nous devons faire porter par les candidats aux prochaines échéances électorales. Avec cette garantie constitutionnelle de la norme, la loi Taubira devient anticonstitutionnelle et doit être réécrite.

Je vous entends d’ici : pourquoi pas une abrogation pure et simple ?

Parce que le processus est long pour arriver à une abrogation ou une réforme de cette loi et donc lorsque ce sera effectif, des enfants seront déjà adoptés et des couples sont déjà mariés. Une abrogation pure et simple aboutirait à faire coexister des couples et des familles « homoparentales » avec tous les droits du mariage et de l’adoption plénière et ceux d’après l’abrogation sans aucun droit, même ceux d’union pour les couples ou d’éducation pour les enfants. Cette disparité pour des situations similaires de familles homoparentales est inconcevable dans notre droit français.

C’est pourquoi il faut retirer le couple homosexuel de l’institution du  mariage en constitutionnalisant celle-ci. Techniquement, cela se fera par un référendum de révision de la Constitution créant un nouvel article, tel qu’on peut en trouver dans la constitution polonaise (art. 18) par exemple. La loi Taubira devenue obsolète, il faudra conserver les droits d’union et d’éducation aux couples de même sexe en votant une simple loi de type « union civile »  instituant un contrat de droit privé sans effets sur la généalogie biologique de l’enfant, sans ouverture des droits filiatifs et procréatifs. Les couples homos mariés seraient dès lors unis civilement.

Les enfants déjà adoptés plénièrement par des couples homosexuels ne peuvent décemment pas être arrachés aux parents auxquels ils auront été accordés. Il faudra pour ces enfants – et uniquement pour ceux-là – une adoption simple des deux parents, sorte de tutorat qui ne rompt pas avec la généalogie réelle de l’enfant.

Pour les enfants issus de PMA ou de GPA dont le principe redevient interdit par la sortie du couple non procréatif du mariage, le parent non biologique éducateur sera le tuteur adoptant simple.

Cette réforme de l’union civile et de la constitutionnalisation du mariage a cet avantage majeur qu’elle protège contre toute procréation artificielle les enfants des couples ou des personnes seules, quelles que soient leurs orientations sexuelles.

Mais nous ne porterions pas cette alternative sans connaître l’avis des Français sur  leur préférence : lorsqu’on leur propose, dans les sondages, de choisir entre l’union civile sans changement de filiation et la loi Taubira, le mariage pour tous tombe à 34 % d’adhésion. En cas d’abrogation pure et simple, sans proposition alternative, la loi Taubira retrouve 52 % de partisans.

La voilà la conciliation possible, réelle et nécessaire entre protection des enfants et paix civile, celle-là même qui nous a été confisquée par les méthodes outrancières d’un gouvernement livrant les forces de police à la servitude de ses ambitions idéologues.

Et celle-là même qu’aujourd’hui un quarteron de dirigeants du mouvement contre le mariage homosexuel en pré-retraite,  nous empêche de porter auprès des Français consentants, que ni le pouvoir, ni les extrêmes, ni les médias, ne veulent satisfaire.

Pourtant ainsi, nous mettons fin à une succession de projets néfastes à venir ou déjà passés en catimini. Cette loi a institué l’idéologie du genre au sommet de notre hiérarchie des normes juridiques, a ouvert le principe de filiation déconnectée de la réalité et donc ouvert la porte à la PMA et à la GPA. Tous ensemble, le plus largement possible, au-delà de toutes les polémiques stériles, reprenons la voie de la victoire et marquons un point décisif contre la marchandisation des corps. Tous ensemble, sortons de cet univers consumériste des êtres humains.

Tous ensemble faisons tourner la France à contre-courant des idéologies LGBT comme intégristes.

Tous ensemble faisons tourner le monde à l’envers de l’idéologie soixante-huitarde libertaire.

Peuple de France, je vous aime !

 

Nous vous devons la vérité. La vérité sur les conséquences factuelles de cette volonté de protéger les enfants en sauvegardant l’unité nationale ainsi que les raisons de l’absence de Frigide le 26 mai seront publiées dans un récit de cette journée historique dans les prochains jours.

 

 

6 comments

  1. Chantale / Shanty D'Zil says:

    Je te soutiens entièrement Xavier! Bonne route!

  2. Pierre says:

    Désole Xavier mais en droit , un droit acquis ne se transfere pas !
    C’est tout simplement impossible de remettre en cause un droit juridiquement acquis
    On ne peut pas dire à des gens qui se sont mariés vous etes maintenant en union civile . Sur le plan juridique c’est impossible
    Et un referendum est possible mais pour qu’un referendum ait lieu , il faudrait réformer l’art 11 pour inclure les sujets de société qui ne sont pas contenus actuellement dans l’art 11
    Tout cela me rend très pessimiste sur la possibilité de changer cette loi ..

  3. patry roland says:

    Entierement d’accord. L’obtention sera plus difficile. Mais bon qui ne tente rien n’a rien.

  4. Marie71 says:

    Merci pour cette analyse et proposition. Je suis tout a fait d accord avec votre analyse. Courage. Continuez

  5. MICHEL Alain says:

    Excellente approche pour faire bouger les lignes. Ceci permet de mieux comprendre pourquoi l’abrogation pure et simple de la loi Taubira ne suffit pas et pourquoi il faut avoir un palliatif de type union civile à proposer. Tous ceux qui s’arrêtent à l’abrogation se trompent et sont voué à l’échec. Ces explications devraient susciter de l’ardeur p énergies et rassembler dont nous avons tous bien besoin. Au travail pour construire l’Avenir pour Tous.

    • MICHEL Alain says:

      Excellente approche pour faire bouger les lignes. Ceci permet de mieux comprendre pourquoi l’abrogation pure et simple de la loi Taubira ne suffit pas et pourquoi il faut avoir un palliatif de type union civile à proposer. Tous ceux qui s’arrêtent à l’abrogation se trompent et sont voué à l’échec. Ces explications devraient susciter de l’ardeur pour rassembler toutes les troupes et les énergies dont nous avons tous bien besoin. Au travail pour construire l’Avenir pour Tous.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*
Merci de recopier le mot inscrit dans l'image. Cliquez sur l'image pour écouter le mot.
Anti-spam image