Indignez-vous : dès 2014, votez !

Illustration : bulletin de vote dans l'urne

Rappelons aux politique que leur mission est la sauvegarde de l’humanité.
Photo © Rama

Le 16 juillet était votée, dans l’indifférence quasi générale, une loi ouvrant la recherche sur l’embryon, par l’Assemblée Nationale. C’est dans un assourdissant silence que cette loi vient d’être validée par le Conseil Constitutionnel.

Comment ne pas s’indigner devant ce pas supplémentaire franchi vers l’eugénisme par cette majorité gouvernementale et parlementaire ne répondant plus qu’à sa volonté aveugle de s’inscrire dans l’Histoire.

Mais quel prix a cette volonté ? Celui de l’avenir de l’être humain ! Nous savons bien que chaque nouvelle avancée de la science – aussi belle soit-elle – a son lot d’erreurs.

Alors que nous sommes dans l’ère du « principe de précaution », pourquoi n’y a-t-il qu’un seul domaine auquel il ne s’applique pas, celui de l’avenir de l’Homme ? Et pourtant comme le disait le Général De Gaulle, « Il n’y a qu’une seule querelle qui vaille, c’est celle de l’Homme. C’est lui qu’il s’agit de protéger. »

Depuis quelque temps nous pouvons constater que le désir de domination totale des idéologues qui nous gouvernent les éloigne de leur mission originelle. Quitte à livrer notre existence même à l’impitoyable monde des marchés et de la spéculation.

Avec cette ouverture de la recherche embryonnaire, nous allons droit vers la fabrication de l’être humain et nous sommes, avec le vote de cette loi, déjà dans l’ère de sa manipulation génétique, pour le plus grand bonheur des laboratoires pharmaceutiques.

Gardons à l’esprit tous les risques de la science et n’oublions pas notre passé récent avec toutes les dérives auxquelles cette évolution scientifique pourrait nous conduire si par malheur nous étions amenés à revivre les heures les plus sombres du XXème siècle.

L’athée que je suis se demande si ce n’est pas la peur du vide spirituel qui pousse ces apprentis sorciers à de telles dérives.

Je m’explique. Incapables d’apporter toutes les réponses aux mystères de la toute-puissance de la nature – que les croyants appellent toute puissance de Dieu – ces concepteurs du « meilleur des mondes » voudraient-ils prendre la place d’un Dieu auquel ils ne croient pas mais dont ils voudraient jouer le rôle de scénariste/metteur en scène universel?

Et si ça devait être ce grand théâtre la vraie « comédie humaine » ?

Eh bien c’est là qu’est notre responsabilité de citoyens. Nous devons ramener le politique à sa condition, lui rappeler le sens de sa mission : « l’humain au cœur ».

Et pour cela, tous ensemble, nous avons la plus lourde des armes, notre bulletin de vote. Dans l’isoloir, la dénaturation du mariage, la suppression des repères parentaux pour les enfants, la fabrication et la marchandisation du corps humain, jamais nous devons oublier et jamais nous n’oublierons !

Et donc pesons sur les programmes des candidats, ne transigeons plus ! Rappelons aux politique que leur mission est la sauvegarde de l’humanité. En conscience, dès 2014, votons !

One comment

  1. AlbertLouis says:

    Bonsoir Xavier, tout à fait d’accord avec toi !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*
Merci de recopier le mot inscrit dans l'image. Cliquez sur l'image pour écouter le mot.
Anti-spam image