[COMMUNIQUÉ DE PRESSE] STOP À LA RÉCUPÉRATION !

Capture d’écran 2013-12-13 à 17.53.46Hier soir avait lieu le lancement de Sens Commun, une association politique créée au sein de l’UMP afin de transformer l’engagement des sympathisants du mouvement a-partisan des consciences, qui s’est levé à la faveur de la lutte contre la loi Taubira, en un engagement politique au sein de ce parti.



Arnaud Bouthéon, un des fondateurs de Sens Commun, se présente comme l’ “ex-directeur de cabinet de Frigide Barjot“. Si cela est vrai, le fait de sous entendre ainsi un quelconque soutien de Frigide Barjot à cette initiative marginale est un procédé tout à fait inadmissible. 



En effet, Frigide Barjot, Xavier Bongibault et Laurence Tcheng ont toujours défendue une vision et une rélité a-partisane du mouvement des consciences. L’Avenir pour Tous ne saurait accepter la récupération de ce grand mouvement par quelque parti politique que ce soit. Il est apparu depuis le 23 avril, jour du vote de la loi, que les partis politiques comme les nouveaux cadres de La Manif Pour Tous, par un refus idéologique ou stratégique de la reconnaissance de l’union civile sans filiation pour les couples homosexuels – seul recours possible au changement anthropologique engagé par le gouvernement – pour les couples homosexuels, ont noyé tout projet de retour sur la loi Taubira dans un flou artistico-politique de propositions abstraites.



Dans le même temps, à l’occasion des fêtes de fin d’année, La Manif Pour Tous, met à la vente un livre retraçant l’historique du mouvement. Ce livre présenté comme “un livre militant pour soutenir la suite du combat de La Manif Pour Tous” utilise l’image de ses fondateurs, Frigide Barjot, Xavier Bongibault et laurence Tcheng qui n’ont pourtant pas été consultés pour apparaitre dans cet ouvrage et qui de plus ne partagent pas leur vision du combat. Cette récupération de l’image pour un support permettant la récolte de fonds est inacceptable.



L’Avenir pour Tous continue son combat pour la réforme de la loi Taubira grâce à sa charte proposée aux élus et à sa pétition “tous nés d’un homme et d’une femme proposée aux citoyens pour demander l’inscription dans la constitution de la définition de la filiation comme étant issue d’un homme et d’une femme tout en garantissant les droits d’union des couples homosexuels par le moyen d’une loi d’union civile.

Les portes de L’Avenir pour Tous restent, malgré toutes ces tentatives de récupérations, ouvertes à tous à la seule condition qu’ils acceptent l’union civile et la proposition de réforme constitutionnelle par voie de référendum.

Xavier Bongibault

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*
Merci de recopier le mot inscrit dans l'image. Cliquez sur l'image pour écouter le mot.
Anti-spam image