Archive for Humeurs

Jeux Olympiques en Russie : respectons la trêve !

Drapeau olympique

Respectons la volonté de Coubertin. Respectons la trêve Olympique et profitons de celle-ci pour donner une image, notre image, pour exemple. Celle du respect inconditionnel des personnes. De toutes les personnes.

Alors que le temps médiatique s’y prêtait, en plein milieu du débat sur la loi Taubira, je me souviens avoir demandé au gouvernement français, par communiqué de presse, de lutter effectivement contre l’homophobie lors de la journée mondiale de lutte contre celle-ci. Lutter, en effet, non pas comme ils le prétendent en présentant une « réforme de civilisation » inique sur le dos des homosexuels mais en intervenant auprès des pays pratiquant la répression de l’homosexualité.

Je me souviens que mon communiqué fut la risée de toutes ces associations lobbyistes LGBT, maîtresses de la bien-pensance et du politiquement correct. La réponse fut que le « mariage pour tous » était un outil de lutte contre l’homophobie. La répression des personnes homosexuelles au travers de la planète était le dernier de leurs soucis. Et pour cause…

Passionné qu’il était, le débat sur l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe apportait toute la médiatisation nécessaire à ces associations en quête de visibilité.

Aujourd’hui ces associations ont trouvé leur nouvelle tribune médiatique. Les Jeux Olympiques en Russie homophobe ou les Jeux homophobes en Russie Olympique, leurs messages sont si confus qu’on ne comprend plus très bien.

Tout ceci me rappelle les Jeux Olympiques d’été de Pékin en 2008 où la bien-pensance se choquait de l’organisation de l’épreuve coubertine dans un pays qui bafouait les Droits de l’Homme. Pendant un an nous n’avons entendu que cela. Nous aurions pu espérer de ces militants présentés comme héroïques qu’ils se servent de la visibilité offerte par l’événement pour défendre la cause du peuple opprimé. Pensez-vous ! Ils se sont servis des médias pour exister ; pour donner de l’audience à leurs petites personnes et petites associations. Aujourd’hui, en Chine rien n’a changé et plus personne n’en parle.

La Russie et ces Jeux d’hiver sont le même théâtre mais pour d’autres bien-pensants, d’autres idéologues. Nous voilà aujourd’hui avec la lutte contre l’homophobie. Alors s’il est vrai que la Russie de Poutine ne va pas dans la bonne voie en matière d’acceptation des personnes quelle que soit leur sexualité ou leur chemin de vie, je ne veux pas laisser à ces associations totalitaires « le monopole du cœur ».

Ne laissons pas ces mouvements politico-nombrilistes perturber la belle fête du sport. Profitons de ce rassemblement et de son esprit pour se mélanger, pour partager nos cultures, nos visions et sans esprit belliqueux.

Respectons la volonté de Coubertin. Respectons la trêve Olympique et profitons de celle-ci pour donner une image, notre image, pour exemple. Celle du respect inconditionnel des personnes. De toutes les personnes.

Le « Taubiracisme » de La Manif Pour Tous ou l’idéologie Taubira

Christiane Taubira

« Pauvres de jouissances, ils veulent être riches d’illusions. » Charles Fourier

Après Pierre Bergé qui accusait les sympathisants de La Manif Pour Tous d’antisémitisme, voilà que c’est au tour de Mme le Garde des Sceaux, dans une interview publiée par le New York Times ce 9 août de sous-entendre cette fois-ci, une accusation de racisme, à l’encontre des manifestants.

Celle qui aura porté avec dédain et mépris la « réforme de civilisation » comme elle qualifiait elle-même ce qui était plus généralement appelé le « mariage pour tous », voit une forme de racisme dans le fait qu’au cours du combat, le slogan « Taubira, t’es foutue, les familles sont dans la rue ! » soit devenu « Taubira t’es foutue, les Français sont dans la rue ! »

L’accusation en est encore plus choquante : elle voit le racisme dans le fait que ce soit « les Français » et non « les familles » qui furent dans la rue. J’ai souvent dit au cours des meetings : « Avec leurs glissements sémantiques, l’homophobie n’est plus la haine des homosexuels mais le refus du mariage homosexuel, comme demain le racisme ne sera plus la haine des étrangers mais le refus de s’exprimer en faveur du droit de vote des étrangers ! » Aujourd’hui, nous sommes arrivés un cran au-dessus ! Le Taubiracisme est le fait que le peuple de France s’oppose à une loi (fut-elle inique) portée par une ministre issue de la diversité.

En 2009, lorsque le LKP scandait des slogans similaires pendant qu’Yves Jégo tentait de résoudre la crise dans les DOM-TOM ou bien quand contre la réforme des retraites, Mme Taubira vous cautionniez vous-même des manifestations usant du même slogan contre Nicolas Sarkozy, doit-on considérer que c’était raciste, que vous étiez raciste ?

Je ne l’affirmerai jamais car je ne suis pas fidèle aux méthodes historiques de la gauche : accusez votre ennemi de fascisme, tant qu’il s’en défendra il n’argumentera pas ! Il en va de même pour le racisme ou l’homophobie. Je m’interroge. Mme Taubira, où est votre logique lorsque vous vous offusquez que les gens vous considèrent comme étrangère, ce qui n’existe que dans la toile de l’araignée qui est à votre plafond, alors que vous militiez pour l’indépendance de la Guyane, donc pour perdre la nationalité française ? Comment osez-vous Mme le ministre piétiner la mémoire des personnes qui furent victimes de la ségrégation raciale aux États-Unis à deux jours de la commémoration des émeutes raciales de Los Angeles le 11 août 1965, qui firent trente-quatre morts et huit cents blessés, en inventant au cours d’une interview pour un quotidien américain ce que j’appellerai désormais le Taubiracisme, que vous n’utilisez qu’à la fin de discréditer votre opposition, que dis-je, le peuple qui vous a portée au pouvoir ?

Mme Taubira, je ne sais pas comment vous fonctionnez, mais je pense que vous marchez sur la tête (ce qui expliquerait que vous n’ayez pas encore fait la connaissance de votre araignée).

Peuple de France, réveille-toi !

Le peuple ne peut plus être un outil électoral mais doit être un moteur national

« Le peuple ne peut plus être un outil électoral mais doit être un moteur national. »

« Ne demande pas ce que ton pays peut faire pour toi. Demande ce que tu peux faire pour ton pays. », disait J. F. Kennedy. En ces temps difficiles, cette idée d’engagement pour la Nation est plus que d’actualité. Peuple de France, réveille-toi !
Depuis quelque temps la défiance à l’égard DU politique et de LA politique s’est installée – en particulier chez les jeunes. Peuple de France, bats-toi pour ton avenir, peuple de France lève-toi pour l’avenir de ton pays !

Il est temps de changer la façon de faire de la politique. Engageons-nous pour la vérité, pour la transparence, poussons les politiques à se remettre en question, à faire leur autocritique et à défaut, favorisons leur remplacement.
Moi le premier, en ces temps de vacances estivales, j’ai fait le bilan de cette année de combat et j’ai des regrets. Le regret de n’avoir pas réussi à faire comprendre les motivations de notre combat, qui n’a toujours pas apporté le triomphe de la vérité anthropologique.
Le regret d’avoir tenu des propos polémiques voire provocateurs qui ont pu blesser et qui surtout ont pu brouiller – abîmer, même – notre message.
Le regret d’avoir cru en la bonne foi des politiques, aussi bien ceux qui ont et/ou se battent pour obtenir le pouvoir que ceux qui usent de leurs méthodes dans des mouvements pourtant affichés comme non partisans.
Tous ces regrets ont modifié ma vision des choses. Mon engagement public n’aura jamais plus la même forme. Il sera un combat pour la France par la défense d’un renouveau politique.

Pour que la France soit la belle démocratie que l’on présente, l’engagement politique ne peut plus être source de profits mais ce sont les politiques qui doivent lutter au profit de l’engagement pour la France.
Les Français ont soif de vérité. Les candidats ne devront plus promettre l’impossible pour être élus, mais être élus et faire l’impossible pour tenir leurs promesses.
Le peuple ne peut plus être un outil électoral mais doit être un moteur national. Les Français doivent être les maîtres de leur destin. Battons-nous pour la moralisation politique, battons-nous pour la France.

Soyons des porteurs d’Avenir !

Soyons des faiseurs de Lendemains !

Indignez-vous : dès 2014, votez !

Illustration : bulletin de vote dans l'urne

Rappelons aux politique que leur mission est la sauvegarde de l’humanité.
Photo © Rama

Le 16 juillet était votée, dans l’indifférence quasi générale, une loi ouvrant la recherche sur l’embryon, par l’Assemblée Nationale. C’est dans un assourdissant silence que cette loi vient d’être validée par le Conseil Constitutionnel.

Comment ne pas s’indigner devant ce pas supplémentaire franchi vers l’eugénisme par cette majorité gouvernementale et parlementaire ne répondant plus qu’à sa volonté aveugle de s’inscrire dans l’Histoire.

Mais quel prix a cette volonté ? Celui de l’avenir de l’être humain ! Nous savons bien que chaque nouvelle avancée de la science – aussi belle soit-elle – a son lot d’erreurs.

Alors que nous sommes dans l’ère du « principe de précaution », pourquoi n’y a-t-il qu’un seul domaine auquel il ne s’applique pas, celui de l’avenir de l’Homme ? Et pourtant comme le disait le Général De Gaulle, « Il n’y a qu’une seule querelle qui vaille, c’est celle de l’Homme. C’est lui qu’il s’agit de protéger. »

Depuis quelque temps nous pouvons constater que le désir de domination totale des idéologues qui nous gouvernent les éloigne de leur mission originelle. Quitte à livrer notre existence même à l’impitoyable monde des marchés et de la spéculation.

Avec cette ouverture de la recherche embryonnaire, nous allons droit vers la fabrication de l’être humain et nous sommes, avec le vote de cette loi, déjà dans l’ère de sa manipulation génétique, pour le plus grand bonheur des laboratoires pharmaceutiques.

Gardons à l’esprit tous les risques de la science et n’oublions pas notre passé récent avec toutes les dérives auxquelles cette évolution scientifique pourrait nous conduire si par malheur nous étions amenés à revivre les heures les plus sombres du XXème siècle.

L’athée que je suis se demande si ce n’est pas la peur du vide spirituel qui pousse ces apprentis sorciers à de telles dérives.

Je m’explique. Incapables d’apporter toutes les réponses aux mystères de la toute-puissance de la nature – que les croyants appellent toute puissance de Dieu – ces concepteurs du « meilleur des mondes » voudraient-ils prendre la place d’un Dieu auquel ils ne croient pas mais dont ils voudraient jouer le rôle de scénariste/metteur en scène universel?

Et si ça devait être ce grand théâtre la vraie « comédie humaine » ?

Eh bien c’est là qu’est notre responsabilité de citoyens. Nous devons ramener le politique à sa condition, lui rappeler le sens de sa mission : « l’humain au cœur ».

Et pour cela, tous ensemble, nous avons la plus lourde des armes, notre bulletin de vote. Dans l’isoloir, la dénaturation du mariage, la suppression des repères parentaux pour les enfants, la fabrication et la marchandisation du corps humain, jamais nous devons oublier et jamais nous n’oublierons !

Et donc pesons sur les programmes des candidats, ne transigeons plus ! Rappelons aux politique que leur mission est la sauvegarde de l’humanité. En conscience, dès 2014, votons !

La Manif Pour Tous – an II, l’abandon du combat ?

À ne rien lâcher sur l'union des homosexuels, auraient-ils lâché sur la protection des enfants ? (© Juice Images/Corbis)

À ne rien lâcher sur l’union des homosexuels, auraient-ils lâché sur la protection des enfants ? (© Juice Images/Corbis)

Dans un article du Figaro daté du mardi 30 juillet 2013, est dévoilée la nouvelle stratégie de La Manif Pour Tous, ou plutôt son nouveau cheval de bataille : la lutte contre la « théorie du genre ».

Alors qu’il nous est reproché, à nous, membres de L’AVenir pour Tous, d’avoir abandonné le combat contre le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels – voire d’être devenus pro-mariage gay – car nous sommes favorables à une constitutionnalisation du mariage et de l’adoption H/F qui noverait la loi Taubira en une Union Civile, nos détracteurs ne parlent même plus de cette loi.

Cette stratégie me laisse un goût amer. M’interroge. Comment expliquer cela ? Cette méthode laisse croire que les dirigeants du collectif préfèrent le statu quo en laissant le mariage et l’adoption ouverts aux couples de même sexe plutôt que de reconnaître eux-mêmes toute forme d’union homosexuelle.

Et les enfants dans tout cela ? « Tous nés d’un homme et d’une femme » n’aurait-il été qu’un slogan pour masquer des revendications beaucoup plus dures ? Ce combat serait-il au final, sous couvert d’une défense des intérêts de l’enfant, un retour glorieux des anti-PACS sous la forme d’une fronde contre l’homosexualité ? Aurions-nous été trompés par les intentions réelles de ceux qui nous ont aidés puis virés ?

Ils souhaitent s’opposer à la théorie du genre mais ce serait plutôt l’idéologie du genre qu’il faudrait combattre. Mais comment nous faire croire en la sincérité de cette lutte quand l’opposition même à la loi qui institutionnalise l’idéologie du genre, la loi Taubira, semble avoir disparu de leur feuille de route ?

Nous apprenons dans un joyeux mélange entre lutte contre la théorie du genre, positionnement sur les municipales, influence sur les programmes scolaires, lutte contre PMA et GPA ou encore lutte contre la contraception, que le nouveau mot d’ordre réside dans la passivité de la « vigilance ».

J’en appelle à votre bonne conscience, ne soyez pas les extincteurs mais les raviveurs de cette flamme qui « ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas », celle que je ne cesserai jamais de protéger, de faire vivre dans ce combat contre la marchandisation des corps et pour la défense de l’humain de sa conception à sa mort, celle de la RÉSISTANCE. Une résistance positive, force de proposition pour peser sur le programme des candidats.

Cet article est le reflet de mon ressenti, j’en appelle à la responsabilité des dirigeants de LMPT – que j’estime – pour que le combat soit perpétué sous sa forme d’origine comme ils l’affirment. À suivre…

Frigide Barjot, pas si barjot…

Frigide Barjot

Le blog de Frigide Barjot

Il y a un an quasiment jour pour jour, la première réunion pour tenter une coordination de tous les opposants à l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe  était organisée sous l’impulsion de Frigide Barjot.

Le combat contre ce « bouleversement de société », Frigide le mène depuis déjà bien longtemps. En effet, dès le 1er novembre 2011, quelques jours après l’annonce officielle du programme présidentiel du candidat Hollande, celle qui deviendra l’égérie du mouvement contre la loi Taubira, lance Jésus 2012, un manifeste pour s’opposer aux propositions sociétales du candidat socialiste en premier lieu desquelles, le mariage et l’adoption pour tous.

Au mois d’avril 2012, « Not’ Fri » lance Profession de foi 2012, un nouveau manifeste ayant pour objectif de faire porter notre vision éthique et de sauvegarde de l’humain, de sa conception à sa mort, par les candidats aux élections présidentielles. Elle obtiendra notamment de Nicolas Sarkozy qu’il se positionne contre le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels dans sa profession de foi du second tour. Ça y est, en France est lancée l’idée que l’on puisse s’opposer à ce qu’ils appellent un progrès et qui n’est rien d’autre qu’une lente marche vers la déstructuration de notre société.

Nous sommes maintenant le 6 mai, le peuple de France a porté un homme à la présidence, ou plutôt en a sorti un autre. Notre agitatrice éthique crée donc le collectif Pour l’Humanité Durable et Équitable afin, notamment, de pousser les candidats aux législatives à se positionner sur toutes les propositions sociétales du nouveau Président (mariage et adoption pour les homos, euthanasie, recherche sur l’embryon, etc.).

Une fois la période électorale passée et à la veille des vacances d’été, Frigide pense nécessaire de mettre tous les opposants autour d’une table pour coordonner notre opposition. Nouveau rendez-vous est donné le 5 septembre.

En provocant cette réunion, après son action durant la période électorale, il est important de rappeler que même si de nombreuses personnes ont apporté leur concours à la création de ce mouvement, sans Frigide jamais un tel mouvement de conscience ne se serait levé en France.

Merci Frigide !

La laïcité oui, mais pas pour tous

Par Petar Milošević (Travail personnel)

Par Petar Milošević (Travail personnel)

RÉTROSPECTIVE – C’est avec stupeur que je me remémore ces faits. Au cours d’une nuit du mois de juillet 2012, à Marseille, une musulmane de dix-huit ans portant le voile intégral (le niqab) est contrôlée par les forces de l’ordre. Refusant ce contrôle, la fanatique frappe les trois agents de police et elle d’affirmer « Je n’obéis pas aux lois de la République. » Son mari s’interpose alors et appelle la foule à la rescousse. Cinquante personnes se ruent sur les trois policiers qui seront frappés de la tête aux pieds.

Les renforts de police arrivés, quatre personnes seront interpelées, dont la femme fautive.  Jusque-là, vous me direz, tout va bien ! Eh bien non. Les quatre individus sont remis en liberté sans même une mise en garde à vue. Motif : souci d’apaisement en période de ramadan. La voilà leur laïcité.

Je repense donc à cet épisode récent, lors d’une cérémonie à St Cyr au Mont d’Or, un prêtre apprend que des contrôles d’identités sont effectués sur le parvis de son église après une manifestation en soutien à Nicolas et s’empresse d’en avertir le préfet qui lui rétorque alors : « Vous ne seriez pas curé, je vous foutrais deux baffes ! »

Valls qui avait entendu la conversation va littéralement donner la leçon à l’homme d’Église qui, refusant les leçons de celui qui met en péril le bon fonctionnement de nos forces de police, sera conduit au commissariat.

Ce gouvernement défend la laïcité mais quelle conception de la laïcité ? Leur idéologie est le refus de toutes les religions dans la sphère publique. Ma vision est plus nuancée, une laïcité positive, où l’on reconnaîtrait les racines catholiques de la France. Mais si seulement ils étaient fidèles à cette ligne de laïcité stricte… Mais même pas, leur laïcité est emprise de désir électoraliste et communautariste.

Communautariste vous dites ?

Eh oui… Ça ne vous rappelle pas un projet de loi récent pour lequel un mouvement de conscience sans précédent s’est levé en France, justement contre le communautarisme des lobbys LGBT ? Eh bien quand vous vous opposiez à la loi Taubira et donc à l’idéologie du genre, qui nient la différenciation Homme/Femme, vous étiez interpelés pour le simple fait de porter un sweat représentant une famille.

Pour ces idéologues électoralistes prétendant lutter contre le sexisme, mieux vaut porter le voile intégral, signe de la soumission de la femme s’il en est, que de défendre la différenciation  Homme/Femme et donc reconnaître la femme en tant que telle.

Bien triste réalité dans le pays des droits de l’Homme – et donc de la femme. Bien triste réalité qui nous laisse penser que le gouvernement met les forces de l’ordre au service de sa volonté de pouvoir, au service de son arrivisme, de son électoralisme. Mais le peuple de France ne sera pas dupe et les prochaines échéances électorales approchent…

26 mai 2013 – Une allocution peu familiale…

Xavier Bongibault le poing levé au cours d'une manifestation

Xavier Bongibault lors d’une manifestation

Chers lecteurs, voici pour la première fois l’allocution que j’avais écrite pour le final de la manifestation du 26 mai, sur l’esplanade des Invalides.

Dans ce mouvement que je décris comme celui de « la libération du carcan idéologique » il y a un paradoxe. La volonté d’autocélébration individualiste de certain(e)s, il faudrait que tout soit parfait.

Cette perfection en mondovision exige un contrôle absolu du temps de parole (2 minutes), une censure de la libre expression (qui pourtant était tant défendue par La Manif Pour Tous) peu propices aux allocutions de fond pour les porte-parole.

On sait comment se sera finie cette triste journée qui a sonné comme « Le succès d’un incroyable échec » et que je vous raconterai très prochainement, dans ses moindres détails, jusqu’aux plus absurdes, dans cette même rubrique « Humeurs ».

Bonne lecture.

 

 Allocution de Xavier Bongibault

26 mai 2013

Quelle joie pour moi de vous voir une nouvelle fois si nombreux en ce 26 mai. En 1445, le 26 mai, Charles VII  crée les Compagnies d’ordonnance, première armée permanente en France. 567 ans plus tard, la Manif Pour Tous aura créé la première armée permanente de surveillance de la famille, de l’éthique, de la dignité humaine dans le débat politique.

Et quel beau chemin déjà parcouru par cette armée bleu-blanc-rose ! Le 17 novembre et le 8 décembre, le gouvernement est resté sourd. Le 13 janvier, il est devenu aveugle et le 24 mars il fut violent. La puissance de notre armée réside dans le fait qu’elle est une force paisible et donc irrépréhensible. Notre armée est celle de la Vérité.

Eh bien la vérité a énormément souffert depuis la nomination de ce gouverne-ment qui porte mieux que jamais ce nom; en effet ceux qui nous gouvernent nous mentent.

Alors que les plus hautes autorités sanitaires s’émeuvaient de la tromperie en ce qui concerne les lasagnes et leur traçabilité, pas un de nos ministres ne soulevait la question de la traçabilité de la généalogie des enfants.

Alors que le Président de la République fustigeait Jérôme Cahuzac pour avoir éhontément menti sur ses comptes suisses remplis par de l’argent supposément issu des laboratoires pharmaceutiques, pas un mot ne fut adressé à Christiane Taubira qui, à la suite de sa prédécesseur Elisabeth Guigou, a menti au même micro que celui de Cahuzac au sujet de l’avenir des enfants.

Ce micro fut celui de l’Assemblée Nationale, la représentation du peuple. Quand l’exécutif ne respecte plus suffisamment la représentation nationale pour exprimer’ son devoir de vérité, la démocratie souffre, Marianne pleure.

Depuis le 16 juillet, notre démocratie souffre des raccourcis douteux de l’exécutif. En effet, ce jour-là le Premier Ministre disait vouloir adopter ce qu’ils appellent le « mariage pour tous » au plus vite pour répondre, je cite, « à la volonté unanime de la communauté homosexuelle ».

Ce jour-là poussé par ma volonté de prouver que tous les homosexuels ne pensent pas de la même façon, je fis naître le collectif Plus Gay Sans Mariage pour rendre la liberté de parole aux personnes homosexuelles dont je suis.

Il est en effet pour moi une nécessité de rappeler que la ligne totalitaire consistant à forcer les homosexuels à réfléchir comme un seul homme en fonction de sa sexualité est une ligne homophobe.

LES HOMOPHOBES CE N’EST PAS VOUS, C’EST EUX !

Et en effet notre belle armée de la vérité a permis en donnant la paroles à des personnes homosexuelles hostiles à ce « changement de civilisation » – comme le revendique Taubira – d’éviter qu’elles soient perçues comme les responsables de cette loi inique et donc d’éviter une vague d’homophobie sans précédent.

Nous ne jugeons pas les personnes, nous ne jugeons pas de l’homosexualité, nous sommes un mouvement apartisan mais un mouvement politique qui se bat contre un projet de loi politique.

Un projet de loi politique qui de façon historique va instaurer une inégalité entre les enfants et c’est bien cela qu’il s’agit de combattre.

« Au nom de l’enfant, prenons le temps du débat ! » Tel était le titre d’une tribune que j’avais cosignée avec Frigide et Philippe de Roux, des Poissons Roses, le 17 septembre dans Libération.

Aujourd’hui face au refus de débat – et donc de démocratie – du gouvernement, cette tribune s’intitulerait « Au nom des enfants, faisons échec à la loi Taubira ».

Au nom de l’enfant, il est important de rappeler à ceux qui revendiquent le « mariage pour tous » pour la reconnaissance de l’amour, que le mariage est là pour protéger les enfants et les inscrire durablement dans une généalogie réelle ou vraisemblable (dans le cas de l’adoption).

Au nom de l’enfant, il est important de rappeler à ceux qui avancent la nécessité d’ouvrir l’adoption aux couples homosexuels pour tous ces supposés enfants vivant dans des orphelinats sordides, que l’enfant n’est pas un droit, pas un dû et que pour l’année 2012, 26 000 couples étaient agréés pour l’adoption de 2500 enfants.

Au nom de l’enfant, il est important de rappeler que l’accès aux origines doit être un droit accordé à TOUS les enfants et qu’ainsi la PMA n’est pas tolérable.

Au nom de l’enfant, il est important de rappeler qu’au nom des rapports intra-utérins qui se créent entre la mère et l’enfant la GPA n’est pas tolérable.

Et notre belle armée sera toujours là pour rappeler que les enfants comme le corps humain dans sa globalité ne peuvent être livrés aux exigences partisanes ni à la loi du marché.

Nous devrons tout faire pour protéger les enfants. Et à titre personnel et au titre de Plus Gay Sans Mariage, j’estime que le Contrat d’Union Civile sans conséquence sur la filiation, pour supplanter le mariage et la constitutionnalisation du mariage Homme/Femme pour protéger durablement la filiation et donc les enfants, est le cocktail parfait de notre réussite.

Pour finir, Napoléon disait: « On gouverne les hommes par leurs vices et non par leurs vertus. » Le pouvoir actuel en est la preuve : il gouverne par les vices que sont l’idéologie et l’individualisme.

Nous nous battrons jusqu’au bout pour que ces idéologues ne livrent pas l’avenir de la famille, de l’enfance et de la France en pâture de leur ambition de s’inscrire dans l’histoire.

Notre armée marquera de son emprunte l’histoire en résistant à toutes les tentatives de déstabilisations éthiques par son calme et son pacifisme.

Nous devons lutter contre l’idéologie dominante, contre le carcan idéologique, contre la dictature de la pensée en restant à jamais déterminés mais respectueux. En dénonçant les folles dérives idéologiques mais en condamnant toutes les formes extrémismes  Et j’entends par extrémismes toutes les méthodes qui mettraient en danger notre nécessaire retenue.

Merci à Frigide pour son leadership extraordinaire, merci à Laurence pour son courageux apport de diversité. Merci à Ludovine pour sa maîtrise de l’appareil, merci à Albéric pour son professionnalisme légendaire, merci à l’ensemble des organisateurs et porte-parole, merci aux volontaires pour leur courageux travail, merci aux forces de l’ordre pour leur entreprise exceptionnelle bien que parfois surprenante, merci à vous tous peuple de France de vous mobiliser, de nous soutenir. Nous ne serions rien sans vous mais aujourd’hui mes chemins idéologique et philosophique se séparent de ceux de La Manif Pour Tous. Bon courage à vous.

Vive la France,

Je vous aime!

15 août 2012 – Un athée à l’église

Frigide Barjot et Xavier Bongibault en l'église de Port-Grimaud

Frigide Barjot et Xavier Bongibault en l’église de Port-Grimaud

Été 2012, comme chaque année, pour moi c’est détente, plage et soirées. Tout cela à Cannes, question de traditions familiales. Il y a tout de même en moi, cet été-là, un questionnement. « Que va devenir la France ? »
Nicolas Sarkozy vient d’être battu, le Parti socialiste vient de remporter les élections législatives et enfin l’idée de ce qu’ils appelleront le « mariage pour tous » rôde déjà. Tout ceci ne présage rien de bon pour notre beau pays ! Je décide donc de réfléchir un peu plus loin que ma création du 16 juillet, Plus gay sans mariage.

Et voilà qu’un homme qui ne manque pas d’influence prend la décision, le premier, de lancer le débat. Cet homme est un homme d’Église et c’est Monseigneur Vingt-Trois, cardinal-archevêque de Paris et Président de la Conférence des Évêques de France (C.E.F.).

Son idée est lumineuse : le 15 août, jour de prière pour la France et fête mariale, sera lue dans toutes les églises du pays, une prière en faveur de la famille et des enfants.

L’assistant que je suis, prend, même pendant les vacances, quotidiennement des nouvelles de Frigide Barjot. C’est alors qu’elle m’annonce que lors de la messe de la fête de l’Assomption à Port-Grimaud, où elle passe ses vacances, dans la baie de St Tropez, elle sera chargée de lire la prière écrite par André Vingt-Trois.

N’étant alors qu’à quelques kilomètres de la prestation, je propose à celle qui deviendra l’égérie du mouvement anti mariage gay de l’accompagner comme lors de la plupart de ses interventions publiques. Virginie, de son nom de baptême, trouve la proposition tout à fait opportune.

Mais j’étais alors loin d’imaginer l’idée qui germerait dans sa tête. En effet, le lendemain Frigide me propose de partager avec elle la prière pour la France. Ma réponse se fera attendre.

Étant issu d’une famille où se mélangent athées pratiquants et anticléricaux, le fait de dire une prière – fût-elle le reflet exact de mon opinion politique – interroge l’athée que je suis. Mais après tout, au-delà de mon héritage familial, il y avait ma vision politique et cette vision galvaudée de la laïcité républicaine.

En effet, pour moi la laïcité, contrairement à l’opinion que s’en fait notre nouvelle élite politique, ce n’est pas l’absence mais la cohabitation des religions dans l’espace public. Et puis j’ai toujours été attaché aux racines catholiques de la France.

Fort de ces convictions, je me précipite sur mon téléphone pour annoncer la nouvelle à Frigide : j’accepte sa proposition. Je me rends donc à Port-Grimaud pour faire cette lecture à l’église avant une procession mariale maritime, spectacle que je découvrais.

Après ce moment passé sur les eaux, une fête « frigidienne » se profile. Les convives – pas plus que nous – ne s’imaginaient que ce binôme constitué pour l’occasion deviendrait, trois mois plus tard presque jour pour jour, constitutif d’un des plus grands mouvements sociaux jamais organisés en France, La Manif Pour Tous !